LA CHLORDÉCONE

Le chlordécone, ce pesticide qui tue.

Dès 1963, Huber démontre la toxicité du chlordécone.

Cette persistance, associée à une toxicité élevée, ainsi que des pollutions et intoxications l’ont fait interdire dans de nombreux pays (dès 1976 aux États-Unis).

Vers 2015, alors que le produit est interdit dans les Antilles, le sang d’environ 70 % des Guadeloupéennes contient encore du chlordécone. Il vient principalement des aliments et notamment des poissons, fruits de mer et légumes/racines contaminés. Les poissons d’eau douce et côtiers, les mollusques et les crustacés sont les aliments les plus contaminés.
À certains endroits l’eau souterraine contient des taux de chlordécone 100 fois supérieurs à la norme.

Pour le Pr Pascal Blanchet. « En arrivant ici, j’ai constaté une surreprésentation des cancers de la prostate, assure le chef du service urologie du CHU de Pointe-à-Pitre. Ainsi, la Guadeloupe et la Martinique en comptent « deux fois plus que dans les autres régions de France et nous avons le record du monde du nombre de cancers de la prostate par habitant ».

association baie

#chlordecone #baie #ecologie #ecoresponsable #nature #pesticide #banane #guadeloupe #martinique #association #dons #humanitaire #conscience #santepublique #pollution #environnement #sante